Femmes dans la guerre

Cet article est une ébauche concernant les femmes ou le féminisme et le domaine militaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Des combattants et combattantes de l'ELAS en octobre 1944.

L'expérience des femmes dans la guerre correspond à une multitude de situations. Historiquement, elles ont joué un rôle majeur à l'arrière du front. Au fil de l'histoire, des femmes ont accompagné des armées, s'occupant du soutien en tant que cuisinières ou blanchisseuses. Elles avaient pour tâche de s'adonner aux soins. D'autres, à l'arrière, exerçaient dans des usines de munitions et remplaçaient les fonctions des hommes partis au combat. La Seconde Guerre mondiale marque un tournant : des millions de femmes jouent un rôle important à l'arrière et certaines s'engagent dans les opérations, surtout dans les unités antiaériennes pour frapper les bombardiers ennemis. Les mouvements de résistance s'appuient largement sur des combattantes. Après 1945, le rôle des femmes dans l'armée connaît un fort déclin puis un rebond dans les années 1970 : les femmes jouent un rôle militaire de plus en plus important dans des nations influentes. Ces nouvelles fonctions suscitent parfois des controverses sur plusieurs questions, comme les disparités dans les aptitudes physiques[1] ainsi que sur l'identité de genre tant des femmes que des hommes[2]. En raison des violences qui les ciblent dans les conflits armés, le droit international humanitaire accorde aux femmes, combattantes ou non combattantes, des droit égaux à ceux de leurs homologues masculins ainsi que des protections particulières.

En tant que combattantes

Simone Segouin, une résistante, près de Chartres, en août 1944.
Article connexe : Femmes au combat (en).
Article connexe : Femmes dans l'armée par pays (en).
Article connexe : Femmes dans l'armée sur le continent américain (en).
Article connexe : Femmes dans l'armée en Europe (en).
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Plusieurs dirigeantes ont présidé à des guerres pendant leur règne ou leur mandat, comme la reine Boadicée, Élisabeth II, Catherine de Médicis, Catherine II, Marie-Thérèse d'Autriche, Golda Meir, Indira Gandhi, les femmes d'Aba et Margaret Thatcher.

Les femmes prisonnières de guerre bénéficient des mêmes droits que leurs homologues masculins et doivent être internées séparément[3]. Elles bénéficient également d'égards particuliers en cas de grossesse, d'accouchement ou d'enfants en bas âge[3]. Leurs peines ne peuvent être aggravées en raison de leur sexe[3].

En tant que non-combattantes

Aide-soignant militaire américaine. 2007.
Rue en banlieue de Berlin après la Seconde Guerre mondiale : des personnes déplacées, avec leurs biens entassés dans des chariots et des landaux.
Articles connexes : arrière (militaire) et vivandière.
Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Violences et droits

Violences sexuelles et sexistes

Les femmes sont fréquemment victimes de violences sexuelles lors des conflits.

Droit international humanitaire

Outre les conventions (comme la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes) et traités généraux garantissant aux femmes des droits identiques à ceux des hommes, le droit international humanitaire prévoit un régime particulier pour protéger davantage les non-combattantes, surtout les femmes enceintes et mères de jeunes enfants[3]. Les femmes enceintes ou en couches sont considérés comme des malades et bénéficient des droits afférents[3].

Les femmes ont « droit à une protection spéciale contre toute atteinte à [leur] honneur et notamment contre le viol, la prostitution forcée et tout attentat à la pudeur »[3]. La quatrième Convention de Genève dispose :

« Les femmes seront spécialement protégées contre toute atteinte à leur honneur, et notamment contre le viol, la contrainte à la prostitution et tout attentat à leur pudeur.[4]. »

Au sujet de cet article, Jean Pictet émet les observations suivantes :

« Cet alinéa dénonce certaines pratiques suivies notamment durant la dernière guerre mondiale, d'innombrables femmes de tous âges, et même des enfants, ayant été l'objet des pires outrages : viols commis en territoires occupés, brutalités de tout genre, mutilations, etc. Dans les régions où les troupes ont passé ou stationné, des milliers de femmes ont été envoyées dans des maisons de prostitution contre leur gré, ou ont été contaminées par des maladies vénériennes, qui se sont souvent accrues dans des proportions effrayantes. Ces faits... soulignent la nécessité de proclamer que les femmes doivent bénéficier d'égards particuliers[5]. »

Cette protection est réitérée et développée dans le Protocole I :

« 1. Les femmes doivent faire l'objet d'un respect particulier et seront protégées, notamment contre le viol, la contrainte à la prostitution et toute autre forme d'attentat à la pudeur.
2. Les cas des femmes enceintes et des mères d'enfants en bas âge dépendant d'elles qui sont arrêtées, détenues ou internées pour des raisons liées au conflit armé seront examinés en priorité absolue.
3. Dans toute la mesure du possible, les Parties au conflit s'efforceront d'éviter que la peine de mort soit prononcée contre les femmes enceintes ou les mères d'enfants en bas âge dépendant d'elles pour une infraction commise en relation avec le conflit armé. Une condamnation à mort contre ces femmes pour une telle infraction ne sera pas exécutée[6] »

Elle est également présente dans le Protocole II :

« Toutes les personnes qui ne participent pas directement ou ne participent plus aux hostilités, qu'elles soient ou non privées de liberté, ont droit au respect de leur personne, de leur honneur, de leurs convictions et de leurs pratiques religieuses... Sont et demeurent prohibés en tout temps et en tout lieu à l'égard des personnes visées au paragraphe 1 :
e) les atteintes à la dignité de la personne, notamment les traitements humiliants et dégradants, le viol, la contrainte à la prostitution et tout attentat à la pudeur[7]. »

Toutefois, la reconnaissance du viol en tant qu'arme et stratégie de guerre n'est reconnue que depuis « notamment des pratiques massives de viol lors des conflits en ex-Yougoslavie et au Rwanda entre 1991 et 1995 »[3]. Les tribunaux pénaux internationaux ont déclaré que les viols et agressions sexuelles peuvent constituer des crimes de guerre et crimes contre l'humanité[3]. En juillet 1998, le Statut de Rome intègre plusieurs violences sexuelles dans ces qualifications : viol, esclavage sexuel, prostitution forcée, grossesse forcée, stérilisation forcée[3].

Périodes historiques

Avant le XXe siècle

Au XXe siècle

  • Chronologie des femmes dans la guerre de 1900 à 1945 (en)
  • Femmes pendant les Guerres mondiales (en)

Première Guerre mondiale

Seconde Guerre mondiale

Seconde moitié du XXe siècle

  • Femmes dans la guerre et l'armée de 1945 à 1999 (en)

XXIe siècle

  • Femmes dans la guerre et l'armée depuis l'an 2000 (en)
    • Femmes pendant la guerre du Donbass (en)

Notes et références

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Women in war » (voir la liste des auteurs).
  1. Brad Knickerbocker, « Just three pull-ups: Too many for women in the Marine Corps? », CS Monitor, (consulté le )
  2. Barton C. Hacker and Margaret Vining, eds. A Companion to Women's Military History (2012)
  3. a b c d e f g h et i « Femme », sur Dictionnaire pratique du droit humanitaire, Médecins sans frontières
  4. « Convention (IV) de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, 12 août 1949. Article 27. Traitement. Généralités ».
  5. « Convention (IV) de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, 12 août 1949. Commentaire de 1958. Traitement. Généralités ».
  6. « Protocole additionnel aux Conventions de Genève du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux (Protocole I), 8 juin 1977. Protection des femmes ».
  7. « Protocole additionnel aux Conventions de Genève du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés non internationaux (Protocole II), 8 juin 1977. Garanties fondamentales ».

Annexes

Bibliographie

  • Clarke, R.D., 2022. Women and/in War. In: Kurtz, L.R. (Ed.), Encyclopedia of Violence, Peace, and Conflict, vol. 2. Elsevier, Academic Press, pp. 332–343. https://dx.doi.org/10.1016/B978-0-12-820195-4.00114-X.
  • Cook, Bernard, ed. Women and War: Historical Encyclopedia from Antiquity to the Present (2006).
  • Elshtain, Jean Bethke. Women and War (1995)
  • Elshtain Jean, and Sheila Tobias (en), eds. Women, Militarism, and War (1990)
  • Hacker, Barton C. and Margaret Vining, eds. A Companion to Women's Military History (Brill, 2012), 625pp; 16 long essays by leading scholars stretching from the Ancient to the contemporary world
  • Jones, David. Women Warriors: A History (Brassey's, 1997)
  • Pennington, Reina. Amazons to Fighter Pilots: A Biographical Dictionary of Military Women (2003).
  • Salmonson, Jessica Amanda. The Encyclopedia of Amazons: Women Warriors from Antiquity to the Modern Era (1991).

Liens externes

  • Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Bibliothèque du Congrès
    • Bibliothèque nationale d’Israël
v · m
Femmes dans la guerre
Rôles
Histoire
v · m
Histoire militaire
Typologie
Espaces de combat (en)
Armes et matériel
Tactiques
Art opératif
Stratégie
Administration
Organisation (en)
Personnel
Logistique
Science
  • Projection
  • Loss of Strength Gradient (en)
Droit
Théorie (en)
Thèmes connexes
Listes
  • icône décorative Portail des femmes et du féminisme
  • icône décorative Portail de l’histoire militaire